CALADINFO

CALADINFO

15 - 05 - QUARTIER BELLEROCHE ET POLITIQUE D E LA VILLE


EN MARCHE POUR LES QUARTIERS

 JACQUES MEZARD, ministre de la Cohésion des territoires :      lors du lancement des  40 ans de la Politique de la ville :

 

"J'ai demandé aux Préfets de me faire remonter ce qui se passe sur leur territoire, la confiance doit être établie avec l'Etat qui avec les  collectivités locales n'ont jamais été un long fleuve tranquille, nous reconduirons les crédits 2017 pour 2018 pour soutenir les nombreuses initiatives ! C'est une mesure juste de mettre la priorité là où il y a le plus de besoins ! Nous apporterons notre soutien aux associations, l'essence de la politique c'est de s'adresser aux citoyens ! Renouvellement urbain et NPRU, réussite éducative, emploi, initiatives pour les entreprises signant des emplois dans les quartiers, une police de proximité.... Nous changerons de méthode sans nouvelles lois mais en s'appuyant sur les expériences locales ! Tout ce qui remonte du terrain doit être analysé, et nous mettrons en avant ce qui marche. Nous avons tout en main, nous lancerons des ateliers territoriaux avec les Conseils Citoyens plutôt que par le biais d'enquêtes....Nous ferons labelliser les travaux des conseils citoyens. Il y a encore des territoires en décrochage, il faut une mobilisation nationale pour parvenir à des résultats et transformer les quartiers, abattre les murs pour qu'il y fasse bon vivre ! Je vous dois de l'écoute et l'a transformer en action !"

          Contact cette semaine,  avec le groupe EN MARCHE de VILLEFRANCHE, car je crois fermement à ce projet POLITIQUE DE LA VILLE, pour lequel nous devons tous nous mobiliser ! Nous serons dans les quartiers, non seulement participatifs, mais CONSTRUCTIFS, et apporterons notre soutien aux projets, aux avancées, TOUT EN RESTANT VIGILANTS sur les résultats !!!  Et si quelqu'un croit fermement que nous mobiliser nous permettra d'habiter un quartier dans lequel il fait bon vivre, c'est bien moi qui ai le SOCIAL DANS LA PEAU, mais pas n'importe comment, et resterai une humaniste souhaitant vivre AU PIED DE MON ARBRE QUE JE NE VEUX PAS QUITTER DES YEUX... ceux qui vivent dans la nature comprendront !!!!!!!  Cette conclusion m'appartenant bien entendu......

av lb.jpg

fdq 20 la pluie n'arrete pas tout le monde.jpg


24/12/2017
0 Poster un commentaire

LE CONSEIL CITOYEN DE BELLEROCHE VOUS INVITE A L'INAUGURATION DE LA RECYCLERIE

      Ca y est, la recyclerie est opérationnelle pour les habitants du quartier de belleroche ! Afin d'éviter de grands frais, deux points de collecte sont prévus OPAC dans les garages inoccupés de la grande barre des Cygnes, et HBVS... tous les détails lors de l'inauguration ! Pensez à apporter vos objets, piles, vieil ordinateur... tout ce qui peut se recycler et qui le sera par le biais du Transit, mais là il s'agit d'un après-midi ludique pour apprendre le mode d'emploi !!!!

       Quand on s'y met tous, le quartier offre une multitude de belle initiatives POSITIVES !!! Hélas les belles initiatives ne font jamais les unes....

 

MERCREDI 11 OCTOBRE DE 14 H A 17 H

LES CYGNES RUE HELENE BOUCHER

Des animations pour petits et grands :

- atelier d'origami à partir de 7 ans

- animations et jeux autour du tri des déchets par les ambassadeurs de l'agglo : mieux trier en s'amusant

* goûter zéro déchets : confection d'un goûter sans en perdre une miette !

 

            AVEC LES BAILLEURS OPAC ET HBVS, LE TRANSIT LA VILLE ET L'AGGLOMERATION

 


10/10/2017
0 Poster un commentaire

40 ANS DE POLITIQUE DE LA VILLE avec les CONSEILS CITOYENS : LES QUARTIERS QPV DANS L'ATTENTE

Bravo Monsieur le Ministre Jacques MEZARD vous nous avez conquis

 

les 40 ans de la politique de la ville ne se Font pas sans nous, LES REPRESENTANTS DES CONSEILS CITOYENS, en parlant d'anniversaire et non de commémoration....(petit mot sorti du contexte), avec les invités à cette manifestation de lancement, parmi les 5 manifestations nationales prévues jusqu'à avril 2018 !

 

Nous avons eu le bonheur de retrouver quelques-uns de nos compagnons de promo de l'ECOLE DE RENOVATION URBAINE semaine du 21 juillet, mais nous nous sommes aperçus que nous étions surtout ou presque uniquement des représentants de nos quartiers ayant suivi cette formation !

 

C'est au DOCKS DE PARIS d'Aubervilliers  que nous avons passé une matinée de 8 h 15 à 13 h 30, pour évoquer ces 40 ans de politique de la ville, en noter certains bienfaits,mais aussi tout le chemin qu'il reste à parcourir ! Au passage nous avons noté que monsieur le Ministre était arrivé dans les premiers, nous avons d'ailleurs pu l'interpeller, faire des photos, et pour ma part lui remettre mon dossier de 4 pages... et est resté jusqu'au bout ! Bravo Monsieur le Ministre !

 

Julien DENORMANDIE secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires a d'abord lancé le programme de la matinée rappelant pour inventer les territoires de demain en répondant aux défis du présent  : « Les quartiers ce n'est pas l'affaire des quartiers mais l'affaire de chacun d'entre nous ...  La politique de la ville que fait-on avec : nous devons vous apporter des solutions, et à diplôme équivalent donner la même chance aux habitants des quartiers, la discrimination est intenable ! Il faut des solutions innovantes dans la recherche d'emploi, il y a des opportunités dans le numérique par exemple.... et la transformation urbaine ne suffit pas ! Nous devons favoriser la mobilité en couplant travail/transport/logement ! Nous devons apporter réellement l'égalité des chances, l'accès à l'éducation, à l'emploi, à la culture.... ! Nous avons besoin de vous et l'Etat est là pour vous aider...... »

 

4 TABLES RONDES avant la conclusion de Monsieur le Ministre :

 

LES PHRASES CLES de cette rencontre pour aboutir au constat que la politique de la ville est notre urgence collective :

 

Olivier KLEIN Maire de Clichy sous Bois

"La Politique de la ville est en équilibre fragile On a une vraie richesse avec les associations qui viennent en complément des services publics, mais on prend un risque !"

 

Marc Vuillemot Maire de la Seyne sur Mer, vice-président du conseil national des villes :

"Mes sentiments sont contrastés car je perçois la différence entre ma ville et le Massif central, chacun a son quartier prioritaire, la réalité est préoccupante, nous devons apporter garantie et soutien dans la durée ! La réalité budgétaire est un combat de chaque année lorsqu'un nouvelle loi est votée ! Il ne faut pas faire l'impasse sur les inquiétudes des maires et la diminution constante de nos moyens. Rabotages, suppression des emplois aidés, difficultés des bailleurs sociaux, le contraste est fort entre les belles réalisations et les dégradations économiques (applaudissements nourris de l'assistance) !

 

Patrick Braouezec président de la communauté d'agglomération Plaine Commune :

"Même sentiments que Marc, je suis satisfait de fêter ces 40 ans à condition que ce ne soit pas une commémoration ! Des expérimentations mériteraient d'être généralisées, on est encore au milieu du gué ! Il ne faut pas faire plus pour ceux qui ont moins, il faut faire autant (applaudissements) ! La politique de la ville ne doit pas se substituer à la politique de droit commun, les inégalités sont flagrantes, moins de policiers, moins d'écoles....... L'attente est très forte dans les milieux associatifs, la question des emplois aidés pose un vrai problème à ceux qui seront tenus de mettre la clé sous la porte !"

Questionné sur les J.O. futurs... :

"J'ai vécu 98, la victoire des "Blancs, Blacks, Beurs", on en parle depuis avec discrimination ! Le village olympique sera une aventure humaine dans toute la France, si ces JO peuvent revenir à cette unité nationale, ce sera cette unité la vraie gagnante des J.O. (tonnerre d'applaudissements) !!

 

François Pupponi député du Val d'Oise :

"La politique de la ville est une bataille quotidienne. On a construit de grands ensembles.... L'égoïsme territorial est autant de gauche que de droite : "on en a trop donné à ces gens-là à quoi ça sert..." (applaudissements) ! On nous a fermé un hôpital public en quartier, l'Etat récupère ces locaux pour faire un centre de réfugiés... tous les jours on doit se battre avec les gouvernements, les mesures ne sont pas à prendre sur ces quartiers, des décisions sont prises à contresens ! L'ANRU est seulement un co-financement ! Si on ne peut plus accompagner l'ANRU les finances locales ne pourront pas suivre, d'où notre inquiétude ! Il ne faut pas que les services publics disparaissent ! LES RESEAUX qui n'ont pas eux, de problèmes de finances, prendront le relais si nous baissons les bras (sous-entendu très fort, largement applaudi par TOUS) !

 

DES TEMOIGNAGES POIGNANTS :

ABDOULAYE DIARRA : "Nous sommes mal formés car nous ne connaissons pas les codes. Quand j'ai commencé ma formation informatique je n'étais pas très à l'aise, nous avons trop souvent le réflexe de nous rabaisser, dans les quartiers ; j'ai réussi grâce au suivi socio-professionnel  -

- YAZID KHERFI : "Je suis médiateur nomade, je vais sur une terrasse de café car il faut aller au devant des gens. D'autres ont un camion et se posent dans des lieux divers pour échanger

  • l'AFEV dispose de 160 000 étudiants bénévoles qui font du lien entre l'Université et les quartiers, en accompagnant à la scolarité, à la culture, en proposant la co-location pour remettre de la mixité sociale avec des projets scolaires et il y a aujourd'hui 650 co-locations dans 28 QPV des villes de France !

     

ILS ONT APPORTE LA CULTURE AUX QUARTIERS :

Julie De Muer du collectif Hôtel du Nord à Marseille - Olivier Meneux des Ateliers Médicis à Clichy-sous-Bois/Montfermeil - Bakary Sadho gardien d'immeuble et acteur associatif Paris 19° - Géraldine Benichou directrice artistique, compagnie du Théâtre du Grabuge Lyon 8°

 

MAIS SI ON VEUT FAIRE SORTIR LES JEUNES DU QUARTIER, est-ce que la culture vient à eux ? a demandé un intervenant !

 

JACQUES MEZARD a clos la matinée et nous avons noté avec grand plaisir, qu'il est arrivé très tôt, s'est mêlé à nous en toute simplicité, et nous avons eu le temps d'échanger et de faire des photos, de donner des dossiers, de le questionner ! Il est resté toute la matinée, cela aussi, nous l'avons bien remarqué alors qu'il aurait pu faire une apparition comme fait une majorité d'élus !

 

Il m'a été difficile de tout noter... j'essaie quelques bribes, sachant que sur les réseaux sociaux les personnalités ont fait une vidéo visible par tous ! Cependant nous avons bien entendu les remerciements aux conseils citoyens pour le travail réalisé au quotidien, et apprécié pour ma part qu'il est relevé ma phrase "je suis bénévole à temps plein c'est un choix" ! En ayant bien compris que nous sommes très sollicités et justement, ce sont nos actions et nos commentaires qui permettent de faire évoluer les choses et d'avoir assez de matière pour savoir quelles sont nos priorités et nos préoccupations !

"L'Etat doit fixer un cap, réduire les inégalités territoriales ! Le sentiment d'abandon est un sentiment excessif qui correspond à la réalité  ! Il est nécessaire et  j'entends le mot droit commun, il est indispensable qu'il n'y ait pas dans ce pays des quartiers/communes/territoires, que les efforts de la République ne soient pas ressentis de la même manière, d'où la nécessité de ne pas avoir une politique qui pourrait être marginale.... Chômage, échec scolaire, radicalisation, délinquance, sont les vrais problèmes, nous avons un vrai devoir de changer l'image des quartiers et de faire bénéficier la Nation de vos richesses, comme le bouillonnement culturel qui règne ! J'ai demandé aux Préfets de me faire remonter ce qui se passe sur leur territoire, la confiance doit être établie avec l'Etat qui avec les  collectivités locales n'ont jamais été un long fleuve tranquille, nous reconduirons les crédits 2017 pour 2018 pour soutenir les nombreuses initiatives ! C'est une mesure juste de mettre la priorité là où il y a le plus de besoins ! Nous apporterons notre soutien aux associations, l'essence de la politique c'est de s'adresser aux citoyens ! Renouvellement urbain et NPRU, réussite éducative, emploi, initiatives pour les entreprises signant des emplois dans les quartiers, une police de proximité.... Nous changerons de méthode sans nouvelles lois mais en s'appuyant sur les expériences locales ! Tout ce qui remonte du terrain doit être analysé, et nous mettrons en avant ce qui marche. Nous avons tout en main, nous lancerons des ateliers territoriaux avec les Conseils Citoyens plutôt que par le biais d'enquêtes....Nous ferons labelliser les travaux des conseils citoyens. Il y a encore des territoires en décrochage, il faut une mobilisation nationale pour parvenir à des résultats et transformer les quartiers, abattre les murs pour qu'il y fasse bon vivre ! Je vous dois de l'écoute et l'a transformer en action !"

 

 

Marie-France ROUX BALANDRAS QUARTIER BELLEROCHE/VILLEFRANCHE 69400 -

 

les filles et le ministre.jpg
Merci Monsieur le Ministre pour votre accueil en toute simplicité, votre écoute, votre considération..... 
 
avec le ministre.jpg
cc paris ph 11 nous 4 sans djam.jpg
cc paris ph 3.jpg
cc paris ph 5.jpg
 
cc paris ph 6.jpg

07/10/2017
0 Poster un commentaire

CONSEIL CITOYEN BELLEROCHE : PREMIER JOURNAL DISTRIBUE CETTE SEMAINE DANS LES BOITES AUX LETTRES

La grande aventure des conseils citoyens

 

 

La loi du 21 février 2014 portant réforme de la politique de la ville instaure la création des conseils citoyens dans les quartiers prioritaires dans l’objectif de « conforter les dynamiques citoyennes existantes et de garantir les conditions nécessaires aux mobilisations citoyennes ».

(conseils citoyens/politique de la ville préfecture du Rhône)

La composition de ces conseils citoyens est en lecture libre sur la page internet de la préfecture, et l'officialisation par décret de 01 12 2016

 

 

C'est donc en 2014 que l'on nous annonce, en réunion dans le gymnase de l'école Jean Bonthoux, la création de ces conseils citoyens, censés nous aider à mieux oeuvrer dans nos quartiers. !

A grands renforts d'explication pas toujours forcément compréhensibles... on nous demande de nous inscrire pour à l'avenir, nous investir dans un projet alliant la vie des quartiers à une restructuration des dits quartiers...

A la base, nous travaillerons sur trois piliers :

  • cohésion sociale

  • économie, emploi, insertion

  • cadre de vie, renouvellement urbain, logement

 

des mots qui n'évoquent pas grand chose, mais laissent présager d'un grand nombre de rencontres...et en fait, un investissement en bénévolat, dépassant toutes les attentes, car c'est surtout de cela dont il s'agira dans les mois à venir quand sonnera l'heure de la découverte du projet tout entier !

Acteurs (présidents d'associations, commerçants, population dont une partie tirée au sort), signent donc un premier engagement informel, ce jour de décembre 2014. Nous avions alors la possibilité d'être 21 !

 

DE 21 A... 10

 

Les débuts de ces rencontres patronnées par les services Politique de la ville, donc « agglo », furent houleux, puisque dès le départ, nous sommes passés de 21... à 10 ! Si hommes et femmes, jeunes et moins étaient bien présents, les buts de chacun ne relevaient pas du tous bien public mais surtout de l'individualisme. Une majorité était venue avec ses griefs, son passif avec des collègues associatifs qui voulaient marquer leur différence mais davantage leur territoire, et les prises de becs ont eu lieu au démarrage, faisant que onze au moins ne sont jamais revenus !

 

Dans ces dix restant, un peu plus représentatifs de la population, la politique de la ville a été mal comprise, il n'y avait pour eux, rien de concret à court terme. L'individualisme a encore joué pour ceux qui n'avaient pas compris que le conseil citoyen était une entité travaillant ensemble. Un petit groupe s'était dissocié en faisant des tables de quartier et en vendant des produits sans aucune autorisation, pour le compte de sa propre association, ce qui a continué de créer des tensions.

 

D'autres avaient des projets irréalisables sur le court terme, si on ne s'impliquait pas jusqu'à l'aboutissement, comme celui de créer un espace vélo et donc le projet ne s'est jamais finalisé, le lanceur de projet n'étant que trop rarement sur le quartier. Autre tension, la suppression du bureau de poste du quartier à la suite d'une énième agression musclée ! L'arrivée d'un « pélot » avec sa tronçonneuse a fait rles employées : elles ne remettraient jamais les pieds ici... mais il y en a qui furent surpris....et pas contents du tout d'être privés de poste... la dangerosité de la fonction, tout le monde s'en fichait, il fallait un bureau de poste, un point c'est tout....Un groupe s'est encore formé pour faire du porte à porte pour faire signer une pétition ! Dans ce cas de figure, nous n'avions pas la solution !

 

NOUVEAU GROUPE officialisé par décret préfectoral en 2016.

 

Il a fallu à nouveau recruter, sachant que la base, soit une partie habitants/comité de défense des locataires présents depuis les débuts : Louis Granjon, Marie-Jeanne Bernard, Marie-France Roux Balandras et Claude Chotard, n'ont jamais désarmé, malgré les tensions. Kaltoum Bentaar se manifestant très occasionnellement. A cette courte liste, se sont rajoutés le Docteur Quiniou de Champ Fleuri sur Limas, mais avec une forte clientèle de belleroche, l'infirmière Agnès Bidault du centre médical de belleroche, qui sont vite devenus des piliers, le pharmacien du quartier donnant des coups de main. Des personnes de cœur, voulant impérativement s'impliquer, parce qu'au contact quotidien des habitants en grande souffrance morale !

 

Ce qui me sidère c'est que l'on nous tanne de ne pas être représentatifs du quartier. Il faut des habitants hommes et femmes, jeunes et vieux, de toutes confessions, origines, etc.... Mais c'est un impératif, on doit apprendre à travailler ensemble ! Nous les bénévoles, avons le devoir et l'obligation de représenter un quartier, alors que les gouvernements successifs en sont totalement incapables, et que l'on n'a pas non plus cette représentativité à l'échelon local ! On doit se parler, s'écouter, dans le calme et la sérénité ! Et on doit comprendre que c'est pour le bien de tous !

Je me dis tout de même, que sur cette position des politiques nous sommant de nous engager, ils se foutent de notre gueule, non ? Ne faites pas ce que nous faisons en nous trompant depuis des décennies, mais faites ce que nous vous ordonnons de faire !!! Nous devons être les faiseurs de miracles !

Désolée, mesdames, messieurs, nous sommes investis corps et âmes, mais ne ferons que ce que nous pouvons, et je trouve personnellement que c'est déjà sacrément fort !

 

Tout cela n'engage que moi

Marie-France ROUX BALANDRAS

 

Mais un travail collectif a été réalisé ces derniers mois, avec le noyau dur et désormais incontournable du CONSEIL CITOYEN BELLEROCHE : le  journal n° 1 distribué dans les boîtes aux lettres !

journal n° 1 du conseil citoyen septembre 2017.jpeg

journal n° 1 page 2.jpeg
page 3 journal n° 1.jpeg
journal n° 1 page 4.jpeg


20/09/2017
0 Poster un commentaire

ANRU BELLEROCHE : SIGNATURE OFFICIELLE DU PROTOCOLE DE PREFIGURATION ....

Signature officielle du protocole de préfiguration du projet de renouvellement urbain du quartier de belleroche à la mairie de Villefranche, ce jeudi 23 février 2017.

 

Bernard Perrut député-maire recevait Daniel Faurite président de l'agglomération Villefranche Beaujolais Saône, Michel Thien maire de Limas et vice-président du département du Rhône, Ghislain de Longevialle Maire de Gleizé. Les responsables Opac du Rhône, Havitat BVS, Immobilière Rhône-Alpes, l'Epareca, la Caisse des dépôts et de l'association des propriétaires de belleroche.

 

Participaient également les élus des communes de l'agglomération ainsi que 4 représentants du conseil citoyen de Belleroche : Marie-Jeanne Martin, Gérard Bonin, Louis Granjon et Marie-France Balandras.

 

Rappel historique :

Le député-maire rappelait les origines du projet ANRU agence nationale de la rénovation urbaine, ainsi que quelques chiffres dont une population jeune de moins de 25 ans, des ménages sans activité professionnelle, 27 % de familles monoparentales, et aussi que 98 % du parc d'habitat était constitué d'habitat social.

 

Dès la fin des années 80, la ville se dote d'un service « vie des quartiers », pour tenter de résoudre les difficultés rencontrées par la population du quartier, ainsi que l'agglomération d'un service « politique de la ville et cohésion sociale » pour 3 quartiers, Belleroche, Béligny, Garet/Troussier.

En 2014, mise en place des conseils citoyens, loes communes portent la situation sociale et urbaine du quartier auprès de l'Etat et de l'ANRU. En 2015, Belleroche est retenu au titre de « quartier d'intérêt nationale » parmi 216 autres quartiers en France et l'agglomération signe avec ses partenaires un nouveau contrat de ville à échéance 2020.

 

L'objectif de cet engagement multi partenarial est de conforter la vocation résidentielle du quartier et développer des services et des équipements au service de tous les habitants. UNE ENVELOPPE DE 100 MILLIONS D'EUROS SERA INVESTIE POUR CELA AU COURS DES 10 PROCHAINES ANNEES.

 

Thomas Ravier adjoint au maire et vice-président de l'agglomération, rajoute les objectifs :

*la création de voiries

*la création d'îlots résidentiels

*la nécessité de renforcer les liens avec les quartiers voisins.

Il explique aussi qu'après la signature de ce protocole, un délai de 18 mois permettra d'étudier un programme de travail ainsi que les opérations d'investissements.

 

Ghislain de LONGEVIALLE maire de Gleizé insiste sur la solidarité territoriale et la qualité environnementale du quartier. Il annonce que le centre commercial rue de Tarare affiche sa volonté de rester sur le quartier et que ce lieu sera amélioré. De plus, bien que hors périmètre, ce seront 150 à 200 logements qui sont prévus dans le secteur des Filatures de la rue de Tarare.

 

Daniel FAURITE président de l'agglomération souligne que ce projet apportera une réelle richesse sur le plan économique de part l'investissement consacré. L'agglomération intervient à hauteur de 20 % sur la démolition. Un directeur de projet est embauché ainsi qu'une chargée de mission habitat, mais l'économie, l'emploi et l'insertion seront au cœur des actions.

 

Michel THIEN vice-président du département a rappelé l'histoire de ce quartier qui, répondant à un besoin dans les années 1950/1970, s'est cloisonné petit à petit. Il a félicité les représentants du quartier toujours présents. Pour lui, le fait de tenir compte des besoins de la population est aussi une avancée capitale. Le département investit largement, comme les 425 000 euros prévus pour la destruction de la grande barre.

 

Monsieur le sous préfet Pierre CASTOLDI s'est félicité de l'étape essentielle que constituait cette signature qui permet de s'engager de manière active. Il rappelle aussi que ces quartiers construits pendant les 30 glorieuses représentaient alors des éléments de confort qu'ont apprécié les occupants et qui n'existaient qu'à peu d'endroit dans la ville. Ces quartiers qui ont leur histoire et leur culture. La politique de la ville a par la suite mis l'accent sur les mises aux normes mais avec peu d'ambition, surtout sans prendre en compte les souhaits des habitants. Le projet ambitieux de l'Etat permettra une vraie valorisation de ces quartiers, certes sur plusieurs années et il faudra s'armer de patience.

 

PATIENCE ce fut le mot de la fin, repris par le député-maire, car les choses ne font que commencer et il en faudra pour arriver au terme du projet !

 

quartier vue mairie 2017.jpg


23/02/2017
1 Poster un commentaire