CALADINFO

CALADINFO

22 - 02 - Commémorations


11 NOVEMBRE 2018 A VILLEFRANCHE : HOMMAGE AUX MORTS POUR LA FRANCE DONT LA CALADE

         Ce 11 novembre 2018, le maire Thomas Ravier et son équipe municipale ont  souhaité une cérémonie à la hauteur de ce centenaire d'une libération que l'on imaginait définitive ! Hélas, la "der des der", de nos parents ou grands parents qui ont vécu l'enfer des tranchées, sera suivi d'une autre grande guerre quelques années plus tard !

 

          Une exposition se tient toujours dans le hall de la mairie et je mettrai des photos un peu plus tard, mais ce dimanche, la matinée entière a été consacrée à cette commémoration, depuis la messe de 8 h à la collégiale, une cérémonie, présidée par Pierre Castoldi sous-préfet de Villefranche,  avec tous les corps d'armée, au monument aux morts, le conservatoire de Villefranche, les pompiers et JSP, sans compter le public qui s'est largement mobilisé ! Depuis le cimetière, un défilé avec une fanfare à l'avant, a descendu la rue nationale pour tourner ensuite jusqu'au parvis de la mairie, et se terminer par un feu d'artifices et ce, en présence du président du département Christophe Guilloteau....avant le buffet réunissant les caladois !

 

11 11 2018 personnalités.jpg

 

11 11 2018  ph 7.jpg

          

11 11 2018  ph 12.jpg

11 11 2018 la police se prepare.jpg11 11 2018 le maire.jpg
11 11 2018 Muriel pr Christophe Guilloteau.jpg
11 11 2018  ph 12.jpg
11 11 2018 ph 12.jpg
11 11 2018 ph 11.jpg
11 11 2018 ph 10.jpg
11 11 2018 ph 9.jpg
11 11 2018 ph 8.jpg
11 11 2018 ph 7.jpg
11 11 2018 ph 6.jpg
11 11 2018 ph 3.jpg
11 11 2018 ph 1.jpg


11/11/2018
0 Poster un commentaire

11 NOVEMBRE 2017 VILLEFRANCHE ET PREMIER DISCOURS DU NOUVEAU MAIRE

maire 3.jpg

11 nov 1.jpg

11 nov 4 jsp.jpg11 nov3 marine.jpg
JEUNES DE LA MARINE ET JSP

 

marine 11 11 2017.jpg

 

monum.jpg

UNE FOULE IMMENSE MALGRE LE MAUVAIS TEMPS POUR HONORER LES MORTS DE VERDU ET DES TRANCHEES;;;


11/11/2017
0 Poster un commentaire

11 novembre : une date historique... et le souvenir de CLEMENCEAU "Le Tigre"

 Le 11 novembre marque la signature de l'Armistice entre les Alliés et l'Allemagne. C'est un jour férié en France depuis la loi du 24 octobre 1922,  car il marque la fin de la Première Guerre mondiale, après quatre ans de conflit, entre 1914 et 1918. Morts, mutilés, invalides, plus de 18 millions de personnes, militaires comme civils, ont été victimes de celle que l'on appelle la "Grande Guerre".

L'Armistice, qui marque la fin des combats, a été signée entre les Alliés (France, Royaume-Uni, Russie et États-Unis) le 11 novembre 1918 à 5h15 dans le wagon-restaurant du maréchal Foch, à Rethondes (Oise), en forêt de Compiègne. Wagon qu'il est toujours possible de visiter. C'est à 11 heures que les cloches ont résonné dans toute la France pour annoncer la fin de la guerre.

Cette rencontre du 11 novembre 1918 entérine la victoire des Alliés et la défaite totale de l'Allemagne. La fin de la Première Guerre mondiale sera officiellement marquée par la signature du traité de paix de Versailles, le 28 juin 1919.

Jour de mémoire depuis 1922

En 1920 émerge l'idée de rendre hommage aux soldats morts pour la France mais non identifiés. Une loi votée à l'unanimité par le Parlement autorise que la dépouille d'un soldat inconnu soit placée, le 11 novembre 1920, dans une chapelle ardente à l'Arc de Triomphe à Paris pour représenter tous les soldats tués au cours du conflit mondial.

Le 28 janvier 1921, le soldat est inhumé sous l'Arc de Triomphe dans une tombe. Le 11 novembre 1923, André Maginot, alors ministre de la Guerre, allume une flamme pour la première fois. Et chaque année, des défilés et des commémorations sont organisés partout en France, notamment à Paris où le président de la République se recueille sur la tombe du Soldat inconnu. (source RTL INTERNET)

 

Honneur à Georges CLEMENCEAU « Le Tigre »

« Dans la mesure où un simple mortel peut incarner un grand pays, Georges Clemenceau a été la France ». Le mot est de Winston Churchill qui s’y connaissait au moins autant en cigares qu’en grands hommes. Cet hommage venu de la perfide Albion situe bien l’importance de l’ancien président du conseil dans l’histoire de France du siècle dernier.

 

Personnage politique controversé tout au long de sa carrière, l’ex-ministre de l’Intérieur « premier flic de France » autoproclamé du début du XXe siècle est une figure à qui il fait bon faire référence de nos jours. Une évolution récente d’un point de vue historique. S’il est connu pour ces célèbres « brigades du Tigre » portées au petit et au grand écran, Clémenceau est aussi un « personnage de roman » méconnu.

« L’intérêt de ce personnage est large : il était extrêmement cultivé, spécialiste des cultures orientales et de la Grèce antique, par exemple. C’est un vrai personnage picaresque, ami de Claude Monet et des Impressionnistes mais aussi chasseur de tigres à l’âge de 80 ans. Son image a été écrasée par celle du vainqueur de 14-18. Mais c’est un personnage qui mérite vraiment qu’on s’y intéresse » analyse Jean Garrigues auteur de « Le monde selon Clémenceau » aux éditions Tallandier. (LE PARISIEN)

« La parole et la volonté politique contribuent largement à la victoire »

« La cause principale de la défaite allemande ? Clemenceau. (…) ce ne fut pas l'entrée en guerre de l'Amérique, avec ses immenses renforts (…) Aucun de ces éléments ne compta auprès de l'indomptable petit vieillard qui était à la tête du gouvernement français. (…) Si nous avions eu un Clemenceau, nous n'aurions pas perdu la guerre » écrivait Guillaume II dans ses Mémoires. C’est cette mémoire qui est convoquée samedi par le président de la République dans le cadre des célébrations de l’armistice de la guerre 14-18.

« Au fond Clémenceau n’est pas seulement celui qui arrive en 17 pour reprendre les choses en mains. C’est l’homme politique qui fait un discours aux Français de remobilisation au moment où elle est la plus menacée. Il est la preuve que la parole et la volonté politique contribuent largement à la « victoire ». Le « leadership » est important pour gagner les guerres, il a été exemplaire chez Clémenceau. Il a représenté une vraie force politique capable de remettre un pays sur le pont » confie au Parisien Sylvain Fort, la plume d’Emmanuel Macron à l’Elysée. Contrairement à son prédécesseur, François Hollande qui a beaucoup commémoré de batailles lors de son exercice ( Chemin des Dames, Verdun), le fondateur d’En Marche a lui choisi de célébrer un biais plus politique. Le volontarisme en politique est une qualité pour le locataire de l’Elysée, c’est une manière de le célébrer indirectement. (LE PARISIEN)

« Il n’y a pas de volonté de récupération, Il y a la nécessité d’un « héroïsme » en politique, il y a des moments où il faut ressaisir ces personnages dans leurs dimensions historiques incontestables malgré la controverse » explique un connaisseur du dossier du côté de l’Elysée. Ce 11 novembre est aussi quasiment jour pour jour (ndlr : le 16) le centenaire du jour de l’avènement au pouvoir de Georges Clemenceau en 1917. Un élément supplémentaire en faveur de la célébration du célèbre moustachu. « Clémenceau est une figure héroïque en effet. Le tiers de son temps comme président du conseil, il le passe dans les tranchées, il devint alors l’incarnation de l’héroïsme... » abonde l’historien spécialiste.

 

« Il y a eu une réhabilitation récente de l’image de celui qui venait de l’extrême gauche mais qui une fois au pouvoir est devenu l’ennemi juré des socialistes, le « briseur de grèves ». Elle est principalement venue de Manuel Valls qui a fait de Clémenceau son référent historique. Dans un contexte de guerre contre le terrorisme qui a surgi, ce que représentait Clémenceau, la fermeté et le respect de l’ordre républicain ont repris de la vigueur. Clémenceau était aussi attaché aux symboles patriotiques. Il colle à la résurrection de certaines valeurs liées à l’histoire de la République. C’est la figure du protecteur républicain, il a un héritage » précise l’historien de la politique Jean Garrigues. « On n’essaie pas de dépouiller Manuel Valls de son Clémencisme bien au contraire » s’amuse-ton au Château.

 

Stature trans-partisane

« Clémenceau, c’est l’homme qui a remporté les deux victoires que la République ne pouvait pas perdre : l’affaire Dreyfus et la Première guerre mondiale. Je crois que c’est un homme qui a remporté des victoires essentielles pour les républicains ; pas partisanes et pas idéologiques. Il a eu une vraie stature trans-partisane » confie Sylvain Fort. Emmanuel Macron s’approprie la figure à cet égard même si elle est contestée. « Cette idée qu’un homme politique peut aller au bout de ses idées même s’il n’est pas suivi mérite d’être soulignée d’un point de vue national » précise le très proche conseiller d’Emmanuel Macron.

« Macron se situe dans l’héritage de Clémenceau et son socialisme pragmatique opposé à la version idéaliste d’un Jaurès. Peut-être qu’il se représente comme un héros de la rénovation française, il trace sa voie malgré les critiques de président coupé du peuple, accusations autrefois portées contre Clémenceau » nous confie l’historien Jean Garrigues.

Quand on vous dit que cette célébration est tout sauf un hasard du calendrier….( LE PARISIEN POLITIQUE, fin)

 

 A VILLEFRANCHE...

11 NOVEMBRE 2009 decoration d'un porte drapeau chez les ACPG/CATM

11 novembre 2009 003 decoration d'un porte drapeau chez les ACPG CATM.jpg


11/11/2017
0 Poster un commentaire