CALADINFO

CALADINFO

0180 - SOCIAL


FEMMES BATTUES...UNE ADMINISTRATION IMPITOYABLE POUR LE "CLASSE SANS SUITE" et marre d'être impuissante

Mais oui, j'ai trouvé sur le papier, toutes les bonnes intentions dont l'enfer est pavé....la réalité est bien au-delà, car non seulement les femmes ont du mal à se faire aider, mais dans la mesure du possible et malgré les risques pour vous, il faut qu'elles soient accompagnées en se rendant dans les services administratives diverses ! J'explique : Dans un état second, vous êtes totalement amochée, vous allez à l'hopital, on vous met en ITT car il faut que l'on vous soigne, et quelques semaines plus tard, vous apprenez, alors que vous vous êtes pourtant sauvée mais qu'il vous a rattrapée et flanqué une seconde bordée de coups, QUE VOTRE PREMIER  DOSSIER EST CLASSE SANS SUITE !!!!! 

 

Vous retournez porter plainte, après cette seconde raclée, puis après que  vous ayez pu enregistrer ses appels vous menaçant de mort ET  en employant ces termes, car avec les procédures on joue sur les mots, et on vous dit que votre dossier se trouve dans une pile avec des anciennetés de 18 mois !!!

 

ALORS OUI IL FAUT QUE LES FEMMES SE SERRENT LES COUDES DE PLUS EN PLUS ET OBTIENNENT QUE LA LOURDEUR ADMINISTRIVE SOIT MISE DE COTE EN CAS D'URGENCE...CAR SI VOUS APPELEZ LE PROCUREUR, depuis chez SAINT PIERRE, en lui disant que vous êtes le "sans suite n° 25 250" mais que le salopard lui, ne vous a pas ratée malgré vos appels au secours, LA CONCLUSION EST QUE  VOS ENFANTS N'ONT PLUS DE MERE...

 

Déjà une jeune maman  dans mon entourage, j'aimerai bien ne pas faire que des enterrements et que la JUSTICE ne soit pas qu'un VAIN MOT !

 

 

1.Intervenez autant qu'il est possible de le faire

Si une femme battue se confie à vous ou que vous êtes témoin de violences à son encontre, il n’est pas toujours facile d'intervenir :

  • d’une part, l’auteur des violences peut se retourner contre vous ;
  • d’autre part, il peut mal réagir et se retourner contre la victime.

Mettez la personne agressée en confiance

En n’intervenant pas directement, vous ne serez pas pour autant coupable de non-assistance à personne en danger. Cependant, votre responsabilité morale peut être engagée si vous ne faites rien.

  • Avant tout, il est primordial de mettre la victime en confiance.
  • Parlez-lui, dites-lui qu’elle peut se faire aider par des associations spécialisées.
  • Proposez-lui votre témoignage.

Tournez-vous vers des spécialistes en mesure de protéger les femmes battues

Le mieux est de faire intervenir des spécialistes. Vous pouvez appeler :

  • la police ou la gendarmerie en composant le 17 ;
  • le 3919 « Violences conjugales info » – ce numéro anonyme et gratuit vous conseillera sur l’attitude à adopter ;
  • le 116 006 – ce numéro anonyme d'aide aux victimes permet de bénéficier d'une aide et d'être orienté vers différents réseaux associatifs spécialisés.
<div "="" class="title_block"> Télécharger le document Ooreka

2.Aidez une femme victime de violences conjugales à avoir un soutien psychologique

La peur, un sentiment de honte et de culpabilité conduisent les femmes victimes de violences à l’isolement. Se confier à des proches, à un professionnel (un médecin, une assistante sociale, un avocat, etc.) ou à une association spécialisée leur permet de sortir de leur calvaire. Car briser le silence est la première étape qu'une femme battue doit franchir pour faire reconnaître sa situation et se faire aider.

Pour obtenir un soutien psychologique, elle peut recourir à différentes possibilités.

Un numéro dédié

Proposez-lui de téléphoner au 3919, numéro d’information anonyme et gratuit qui dirige les victimes vers des associations locales.

Si elle n’ose pas, proposez-lui d’appeler avec elle et de l’accompagner.

Un site dédié

Stop-violences-femmes.gouv.fr est un site officiel mis en place par le Gouvernement. Il recense des informations générales et donne les coordonnées d’associations spécialisées.

En parler à un médecin

Il est également possible, pour une femme victime de violences conjugales, de s'adresser à un médecin, qui lui remettra un certificat médical faisant état des blessures.

  • Proposez à votre amie de prendre rendez-vous et de l’accompagner.
  • Rappelez-lui que le médecin est tenu au secret médical : il est là pour l’écouter et la conseiller, mais il gardera ce qu’elle lui dit pour lui.
  • Il pourra, en cas de détresse psychologique, l'orienter vers des thérapeutes spécialisés.
<div "="" class="title_block"> Lire l'article Ooreka
<div "="" class="title_block"> Lire l'article Ooreka
<div "="" class="title_block"> Lire l'article Ooreka

3.Accompagnez une femme battue dans sa recherche d'hébergement

Pour fuir les coups, une femme victime de violences peut vouloir quitter le domicile conjugal.

  • Conseillez-lui, dans ce cas, de le faire le matin plutôt que le soir, et en début de semaine plutôt que juste avant le week-end – elle évitera ainsi de se retrouver seule lorsque les services sociaux sont fermés.
  • Si ni vous ni une autre personne de proche ne pouvez l'héberger, orientez-la vers un centre d’hébergement ayant pour vocation d'accueillir les personnes en difficulté.
    • L’association SOS Femmes recense toutes les adresses par département.
    • Téléphonez au 01 40 33 80 60, 
du lundi au vendredi de 7 h 30 à 23 h 30 et le samedi de 10 h à 20 h, 
ou consultez le site www.sosfemmes.com.
Lire l'article Ooreka

4.Aidez une femme battue à trouver des aides financières et juridiques

Pour fuir un conjoint violent, il faut pouvoir être autonome financièrement. Souvent, les femmes battues n’osent pas partir car elles sont totalement dépendantes de leur partenaire.

Il est donc important d'encourager votre amie ou connaissance dans sa recherche d'aides financières.

Les aides sociales

Conseillez-lui de prendre rendez-vous avec une assistante sociale et sa caisse d’allocations familiales : elle pourra obtenir, selon sa situation, l’allocation personnalisée au logement (APL) et le RSA.

Vérifiez aussi qu'elle a souscrit un contrat de protection juridique auprès de son assurance habitation ou de sa banque.

Les structures d’aides aux victimes

Dans les Centres d'informations aux droits des femmes et des familles (CIDFF), des juristes accueillent, renseignent et orientent les femmes. Les adresses par département sont disponibles sur le site www.infofemmes.com.

Il existe également des associations d'aide aux victimes présentes dans chaque département.

  • Renseignez-vous auprès de la mairie ou au 08 842 846 37.
  • Vous pouvez aussi prendre contact avec l’association Avocat Femmes et Violences (AVF), qui propose des permanences téléphoniques les lundi, mardi et jeudi de 15 h à 19 h ; composez le 0820 203 428 (numéro vert).

Certains commissariats ont des cellules de violence intrafamiliale (VIF) ou des permanences d’associations de victimes de violences.

<div "="" class="title_block"> Consulter la fiche pratique Ooreka
<div "="" class="title_block"> Consulter la fiche pratique Ooreka

20/07/2019
0 Poster un commentaire

LA GOUTTE D'EAU : ASSOCIATION HUMANITAIRE qui vient en aide à des familles pauvres de Hoi An au VIETNAM

Notre ami Gilbert, parrain d'une famille de pêcheurs proche de Hoi An a lancé une collecte auprès de ses proches et de ses ami(e)s pour aider cette famille à agrandir la maison. Voici la lettre envoyée où Gilbert explique sa démarche. Une initiative qui mérite toute notre attention et notre soutien actif.

Depuis 4 ans je me rends chaque année à Hoi An au Vietnam chez mes amis. Mon premier séjour d’un mois a été suivi d’autres plus longs qui m’ont fait connaître et aimer ce pays et son peuple. Grâce aux amis qui chaque année m’accueillent j’ai aussi connu l’association humanitaire « La Goutte d’Eau » dont le but est de venir en aide à des familles pauvres de la région où ils vivent. Cette petite organisation a été créée il y a 20 ans à Nîmes où est basé son siège administratif. Le parrainage de familles pauvres ayant des enfants scolarisés est une des principales activités de la Goutte d’Eau. Très vite j’ai souhaité devenir moi-même parrain d’une famille. Mes amis Hoa et Jean m’ont fait connaître la famille de Nga, une femme de pécheur qui vit dans un petit village entre Danang et Hoi An. Le mari de Nga est pécheur. Chaque jour il part sur la mer dans sa petite barque ronde en bambous tressés. Sa pèche est maigre et souvent suffit à peine à payer le gas-oil du moteur. Lorsqu’il y a du poisson Nga va le vendre sur un petit marché. 
Il y a trois enfants dans cette famille. L’aîné, un garçon a 14 ans. Il est doux mais peu motivé par l’école il aimerait apprendre le métier de cuisinier pour travailler dans un restaurant. Sa sœur cadette va bientôt fêter ses 12 ans. Pour aider sa mère et organiser une petite fête pour son anniversaire, chaque matin avant d’aller à l’école, elle aide une marchande de lait de soja qui lui donne 10 000 dongs (40 centimes). La petite dernière a 8 ans. Elle est née avec une malformation cardiaque congénitale dont elle a été opérée mais elle reste de santé fragile. Cette famille de cinq personnes habite une petite maison d’à peine une trentaine de mètres carrés : une pièce commune et une minuscule chambre pour les parents dont une partie séparée par un rideau tient lieu de coin cuisine. La Goutte d’Eau a financé la construction d’un bloc sanitaire comprenant douche et wc. Cette année nous avons versé 500 euros pour changer les tôles de la toiture. Nous aimerions financer l’agrandissement de la maison d’une chambre supplémentaire et d’un coin cuisine indépendant. Pour un tel projet il faudrait disposer de 1500 euros. Malheureusement, les petits moyens budgétaires de la Goutte d’Eau ne permettent pas de financer en totalité ce projet. J’ai donc pensé faire appel à la générosité de mes amis et à ma famille. Comme le dit le nom de notre association « les petites gouttes d’eau font les rivières » ! J’ose espérer que si nous nous y mettons nombreux la famille de Nga pourra agrandir la maison au bord de la mer. 
Si vous êtes sensibles à mon projet et prêts à m’aider à le réaliser, voici comment faire : soit vous m’adressez directement votre don en mentionnant « La maison de Nga » , soit vous adressez votre chèque à l'ordre de LA GOUTTE D'EAU à la présidente de la Goutte d’Eau en précisant là aussi le projet « La maison de Nga ». Voici les coordonnées de LA GOUTTE D'EAU , 1264 chemin du Pont des Isles. 30000 NÎMES. Un reçu fiscal vous sera envoyé. 
D’avance je vous remercie chaleureusement de votre générosité.

signé GILBERT ROUX : frère de Marie-France qui a le plaisir de relayer ce message   

30 06 2019

 

gil 2.jpg

 

 

gil 1.jpg


30/06/2019
0 Poster un commentaire

DRAME SOCIAL D'UN ORPHELIN DONT LES GRANDS PARENTS ONT LA GARDE PROVISOIRE

Je me suis apparemment mal exprimée il y a quelques jours ! Drame social :  un orphelin de 12 ans, handicapé lourdement, est à la charge pratique et financière de ses grands-parents depuis quelques mois !

La situation est excessivement compliquée et j'ai fait appel AU DEPARTEMENT DU RHONE qui va tout mettre en oeuvre pour tenter de faciliter la tâche de la famille. Mais  vous connaissez les lenteurs et complexités de l'administration française et en attendant, en plus du chagrin insupportable, il faut aux grands-parents une énergie à laquelle ils n'étaient pas préparés !

J'ai lancé un appel sur la page facebook du fabricant de couches vosgien JOONE, en espérant qu'il voudra bien nous envoyer des couches invendues mais efficaces (petits défauts d'aspect par exemple...) car l'enfant met des protections jour et nuit !

L'enfant  ne peut mettre que des joggins 12/14 ans (pas de jeans)  et si vos enfants ont grandi, ce serait magnifique d'en faire profiter cette famille - qui ne demande que d'avoir des droits -  à ne pas utiliser toute sa retraite pour les frais de nourriture, d'essence, de vêtements, etc... Un généreux donateur s'est démené pour qu'ils aient prochainement un fauteuil roulant !

Ils ne m'ont donc pas demandé de lancer cet appel, d'ailleurs ceux qui me contactent quand leur situation est impossible à gérer, ne me demandent toujours qu'à obtenir leurs droits, mais en voyant ces détresses, j'en fait davantage forcément, vous feriez la même chose !

Les services sociaux ont des règles de fonctionnement, ils font ce qu'ils peuvent, c'est la raison pour laquelle on dirige le plus souvent les personnes en souffrance vers une association qui se démènera parce qu'elle n'a pas des centaines de dossiers à gérer en même temps ;  je n'incrimine personne, c'est notre système qui est à revoir dans sa totalité ! Il manque aussi du personnel de partout et les drames sont légion !

Alors merci par avance pour les vêtements et éventuellement quelques jeux d'enfants très simples...pour le reste, je n'ai plus qu'à croiser les doigts et à surveiller que le dossier d'aide avance...

Si vous vous sentez prêts à donner plus, car vous avez des stocks dans vos caves et greniers, merci de m'envoyer un message en mp sur facebook ou sur ma boite mail : mariefrance.roux-balandras@sfr.fr


17/03/2019
0 Poster un commentaire

MUTUELLE SANTE ET PROJET DE LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2019 MERCI MR LE PRESIDENT

Je vais donner du gain à moudre aux gilets jaunes, car j'ai failli tomber à la renverse en recevant ce matin le courrier que m'a envoyé ma MUTUELLE SANTE avec une augmentation de 15 euros par mois de mes mensualités et les MENSONGES DECLARES PAR LE GOUVERNEMENT.... Merci Monsieur le Président, on n'en n'a décidemment pas fini avec les mauvaises nouvelles avant le 1er janvier 2019 !

 

mutuelle 2019p 1.jpg

 

 

mutuelle 2019 p 2.jpg

Merci pour cette belle augmentation de mes mensualités, joyeux Noël Monsieur le Président et Madame la Ministre pour avoir concocté de si belles choses pour nous gâcher les fêtes....


24/12/2018
0 Poster un commentaire

CENTRES D'AIDES A VILLEFRANCHE

DES PERSONNES QUI DORMENT DEHORS OU DANS LEURS VOITURES, en 2018 cela ne devrait pas exister ! AIDONS NOUS A AIDER LES AUTRES PAR NOS SIGNALEMENTS, NE DITES PAS QUE TOUT LE MONDE LE SAIT, ce n'est pas vrai ! Nous les associations, découvrons les catastrophes au quotidien ! PARTAGEZ MASSIVEMENT, AFFICHEZ DEVANT VOS LOCAUX... ET SURTOUT... SIGNALEZ..


Le Lien

Au 190 rue Gantillon, une structure a été mise à disposition par la Ville pour accueillir les Restos du coeur, le Secours catholique et le Secours populaire.

Les Restos du coeur
Différents services vous sont proposés tels que : pôle santé, garderie (pendant la distribution de marchandises), aide à la personne, conseil budgétaire, cafétéria réservée aux personnes accueillies vestiaire bébé.
Restos du cœur, campagne d'hiver :
La distribution aura lieu les mardis de 9h à 15h30 et de 17h30 à 18h30 ainsi que les vendredis de 9h à 15h30.
Le vestiaire bébé sera ouvert les jeudis matins de 8h30 à 10h30.

Le Lien
190 rue Gantillon
ad69.villefranche@restosducoeur.org
Infos au 04 74 60 00 44

 

Secours Populaire

Lundi et jeudi de 14h à 16h30

04 74 60 65 58


Secours Catholique

Mercredi de 9h30 à 12h

04 26 47 30 01

devillefranchesecourscatholique@sfr.fr

 

 

Croix Rouge Française

Président : Eric Sault
La vesti-boutique de la Croix Rouge de Villefranche continue son développement et ouvre désormais chaque deuxième samedi après-midi à partir du 11 mars de 14h à 17h30.
D'ores et déjà ouvert tous les après-midis, c'est désormais le week-end également que vous pourrez tous chiner, permettant ainsi à la Croix Rouge de diversifier sa clientèle et d'augmenter ses recettes pour les personnes démunies, soit plus de 15 000 bénéficiaires en 2016 pour l'ensemble de l'unité Rhône Nord.
Tous ces objets sont le fruit de dons de particuliers ou d'enseignes, ils sont triés, nettoyés et restaurés par des bénévoles (en 2016 : 50 000 articles).
1860 route de Frans 
04 74 65 35 60

ul.rhone-nord@croix-rouge.fr

 


Calad'Ajef

L'association Jeunesse, Enfance et Famille propose des colis d'urgence, des repas chauds en hiver.

Dominique PAPAYANI

Rue de Prony

04 74 62 05 35

www.caladajef.fr

 

L’objectif du plan froid est d’accueillir l’hiver, en extrême urgence, des hommes et des femmes isolé(e)s, des couples ou des familles.Ces personnes sont accueillies au centre d’hébergement d'urgence.

  • Ce centre est situé au 461 rue Robert Schuman à Villefranche et géré par le Foyer Notre Dame des sans-Abri .
  • Ce service fonctionne en général de novembre à mars, de 15h à 23h pour l’accueil.
  • Chaque année, environ 80 personnes trouvent ainsi refuge auprès de ce centre d’hébergement.

 

 

« LA HALTE » à Villefranche,
Habitats Logement temporaire.

 

Le Service d’Accueil et d’Hébergement d’Urgence a réorienté son activité vers l’accompagnement social lié au logement et l’hébergement de jeunes de moins de 25 ans et de famille monoparentale dans le cadre de l’Aide au Logement Temporaire.

 

Ancien SAHU, les Locaux de la Halte sont installés au cœur de la ville et aux pieds des immeubles du 411 rue Déchavanne à Villefranche-sur-Saône. 
L’ASEA Halte est engagée de longue date dans la lutte contre l’exclusion.

 

 

L’objectif du plan froid est d’accueillir l’hiver, en extrême urgence, des hommes et des femmes isolé(e)s, des couples ou des familles.Ces personnes sont accueillies au centre d’hébergement d'urgence.

  • Ce centre est situé au 461 rue Robert Schuman à Villefranche et géré par le Foyer Notre Dame des sans-Abri .
  • Ce service fonctionne en général de novembre à mars, de 15h à 23h pour l’accueil.
  • Chaque année, environ 80 personnes trouvent ainsi refuge auprès de ce centre d’hébergement.



Les bras ouverts
Aide alimentaire et aide à la personne

- Lundi, mardi, jeudi et vendredi de 9h à 12h : renseignements et accueil de jour 
Distribution alimentaire 
Mardi et jeudi de 13h30 à 17h
420 rue Claude Vignard

04 74 09 12 03

 

le lien.jpg

 

RAJOUT AU FUR ET A MESURE DE MES TROUVAILLES 18 02 2018

:

 

 

  • 115 VEILLE SOCIALE TELEPHONIQUE

     

- Maison de la Veille Sociale du Rhône – SIAO - 246 rue Duguesclin - 69003 LYON

Tél :  04 78 95 00 01 -

*antenne à Villefranche dans les locaux du CCAS rue Paul Bert, sur rendez-vous, pour vous écouter, vous renseigner, vous diriger..

 

La Maison de la Veille Sociale du Rhône porte le SIAO du département :

recueil de la demande d'hébergement des personnes privées involontairement de domicile personnel,

orientation vers l'offre d'hébergement disponible auprès des structures adhérentes du groupement,

soutien de la sortie d'hébergement vers le logement social. La MVS porte également l'observatoire départemental de la demande et de la réponse en matière d'hébergement et logement aux personnes sans domicile.

 

- MARAUDES A VILLEFRANCHE : elles sont organisées les lundis et mercredi de 16 h à 20 h du 1er novembre au 31 mars, par LA HALTE comprenant aussi des bénévoles d'horizons divers comme La croix rouge.

 

LE DROIT AU LOGEMENT : DALO :

 

Le droit au logement est garanti par l’Etat, dans les conditions prévues par les textes, aux personnes qui ne peuvent accéder par leurs propres moyens à un logement décent et indépendant. Pour celles dont les démarches ont été vaines, la loi du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable a créé des dispositifs de recours. La loi ouvre aux personnes qui sollicitent l’accueil dans une structure d’hébergement des recours semblables à ceux dont disposent les demandeurs de logement.

La loi du 5 mars 2007 institue un droit au logement ou à l’hébergement pour les personnes qui ne peuvent en obtenir par leurs propres moyens. Ce droit est dit opposable, c’est-à-dire que le citoyen peut demander à une commission de reconnaître son droit en déposant un recours amiable. L’État est garant de ce droit et doit faire reloger ou héberger les personnes reconnues prioritaires. Le préfet de département mobilise les organismes de logements sociaux ou les gestionnaires d’hébergement ou de logements temporaires pour reloger ou héberger les personnes.

 

 

. Il faut se trouver dans l’une des situations suivantes : être dépourvu de logement, c’est-à-dire sans domicile fixe ou hébergé par une autre personne ; être menacé d’expulsion sans possibilité de relogement ; être hébergé dans une structure d’hébergement ou logé de manière temporaire dans un logement ou un logement-foyer, en attendant un logement définitif ; être logé dans des locaux impropres à l’habitation, insalubres ou dangereux ; être logé dans un local manifestement suroccupé ou non décent, à condition d’avoir à charge au moins un enfant mineur ou une personne handicapée ou de présenter soi-même un handicap ; être en attente d’un logement locatif social depuis un délai supérieur à celui fixé par le préfet (délai qui varie d’un département à l’autre) et ne pas avoir reçu de proposition adaptée à ses besoins à l’issue de ce délai.

Il faut avoir fait des démarches pour trouver une solution de logement et avoir déposé une demande de logement social, régulièrement renouvelée. Il faut donner le numéro unique d’enregistrement de la demande dans le formulaire de recours. Sinon, le recours amiable devant la commission de médiation risque d’être rejeté ou le relogement en cas de décision positive, retardé. A défaut, il faut pouvoir justifier pourquoi l’on n’a pas déposé une telle demande et avoir fait d’autres démarches, comme avoir engagé une action auprès du propriétaire qui loue .

 

Site internet : LES SERVICES DE L'ETAT DANS LE DEPARTEMENT DU RHONE -


06/02/2018
0 Poster un commentaire