~~ CALADINFO ~~

~~   CALADINFO  ~~

LA SAISON DES FOINS : RETOUR AUX SOURCES AOUT 2021

     Bugeac altitude 1 200 mères, sur un plateau à plus de 12 km à travers les forêts, de la Lozère, commune de Grèzes, canton de Saugues la capitale du Gévaudan ! Que de nouveautés en dix ans en arrivant dans le hameau, à commencer par la ferme des grands-parents Nauton, entièrement transformée en habitation que se partagent deux des frères, tout en préservant l'autonomie de chacun d'eux !

 

En haut à gauche ancienne entrée de la grange, ici en 2021, en dessous, autrefois entrée de la grange, voyez la différence avec les deux photos suivantes...

 

 

2021

bugeac 2021 entrée de la grange et de l'écurie hallucinant non ferme familiale Nauton bugeac.jpg

 

Entrée de Bugeac 2010

Bugeac 2010.jpg

 

Entrée écurie, devant la ferme Nauton dans les années 1940

photo de bugeac pépé    Alès  Pouget.jpg

 

     Le patriarche Jeannot Nauton n'est plus et nous nous étions tous revus rapidement pour ses funérailles à Grèzes ! Ainsi les deux garçons de la fratrie Pierre Nauton sur onze enfants, sont repartis les premiers rejoindre les étoiles. En août 2021 elles sont cinq rescapées en croisant les doigts pour Odile, alors hospitalisée ! 94, 93, 89, 86 et 85 ans, autant dire que leurs vies furent bien remplies.

 

Jeanne 93 ans, Marguerite 94 ans, Antoinette 89 ans, ici à Augerolles août 2021, trois des soeurs Nauton

 

Trois soeurs à augerolles aout 2021.jpg

 

 

     A Bugeac donc, les sept enfants de Jeannot se sont répartis les biens immobiliers, restant ainsi auprès de leur maman Marguerite, 78 ans, qu'ils entourent de leur tendresse. Trois d'entre eux ont rénové ou construit leur propre habitation et une menuiserie, commencée en 2008, s'est bien agrandie elle aussi.

 

 Stéphane et Jacques qui ont créé le GAEC DES MYRTILLES et Alain Nauton qui a construit sa menuiserie . Ici chez leur maman où ils prennent tous leurs repas !

aout 2021 Bugeac Stephane Jacques et Alain Nauton chez leurs parents maison Cubizolles.jpg

 

    Deux des fils ont créé leur Gaec construisant quatre hangars pour le foin, le matériel et deux étables pour le bétail, un pour les  Aubrac qui restent au pré pendant la belle saison dont les veaux s'appellent les broutards et celle pour les laitières, de race Abondance avec salle de traite et citerne pour la récupération quotidienne du lait, ainsi que l'espace pour les veaux à la belle saison.

 

Dans le hangar écurie des Abondance, les vaches arrivent à la salle de traite attenante, dès 5 h 30 le matin et vers 19 h le soir, et vont au pré pendant la journée. A côté une citerne récupère le lait par le biais des tuyaux... Aujourd'hui la traite à la main ne serait plus possible, il fallait bien trop de monde pour les si nombreuses laitières !

 

Les vaches arrivent en rang comme à l'école pour se positionner pour la traite avant de repartir à l'étable où elles ne sont pas attachées le soir et repartent au pré après la traite du matin Bugeac aout 2021.jpg

 

 

A gauche hangar écurie des Aubrac, à droite une partie de l'écurie des Abondance avec la salle de traite en continuant et l'écurie des veaux.

hangar construit pour servir d'écurie à la variété de vaches Aubracs qui restent au pré tout l'été Bugeac aout 2021.jpg

 

Idem pour la fenaison, elle ne se fait plus avec les chars à boeufs, mais avec des machines et les silos de foins sont enrubannés ou ensilés, les deux mots convenant, entreposés pour l'immédiat avant de les mettre dans le hangar servant de grange.

Enrubannage ou ensilage désormais des bottes de foin avant de les rentrer au hangar pour l'hiver Bugeac 2021.jpg

 

Au dos de la ferme CUBIZOLLES dans laquelle Jacques Nauton et Marguerite ont élevé leurs 7 enfants, l'écurie abrite encore les  génisses et les veaux en hiver. La plus ancienne ferme du hameau, de 1788.

aout 2021 devant la maison Cubizolles dans laquelle vit Marguerite et ou avec Jeannot ils ont élevé leur 7 enfants totalement rénovée en préservant les pierres.jpg

 

 

     Dans la ferme autrefois Cubizolles, des parents de Marguerite (une des deux grandes familles du Bugeac d'alors), l'intérieur de la ferme a été totalement rénové au fil du temps, mais entretenu régulièrement de manière à préserver un maximum de confort, les hivers étant toujours très rudes. L'écurie à l'arrière a été conservée pour mettre les génisses et les veaux l'hiver. Sur le plateau, les vents violents qu'ils appellent « la tourmente », provoque des congères atteignant jusqu'à deux à trois mètres de haut par endroit, et, si le chasse-neige passe régulièrement, les congères se reforment aussitôt ! Les coupures d'électricité sont fréquentes, et les trois familles qui vivent en permanence au hameau toute l'année, ont leur générateur, surtout  pour les machines de traite et les congélateurs.

 

Chez Marguerite Cubizolles/Nauton, la cuisine a été refaite à deux reprises, en conservant la cheminée sur un autre pan de mur. On fait toujours du feu dès les premiers frimas, même si la cuisinière à bois est en service presque toute l'année pour les cuissons longues ou simplement réchauffer la cuisine.

 

chez Marguerite Nauton Bugeac aout 2021 Isabelle sa fille aide à domicile et Marguerite..jpg

 

     Comme tous cultivent leurs jardins, les familles vivent d'une grande variété de légumes. Poules et lapins complètent la viande de veau, de bœuf, et on tue un cochon chaque année, animal acheté à l'extérieur car on a supprimé les auges. Les pommes de terre sont cultivées plus loin, dans un grand champ, car il faut stocker pour l'année !

 

     Fait qui à mon sens, a son importance, le prochain barbecue entre frères et sœurs, comprendra des chipolatas, des merguez, des côtes de bœuf ! Merguez aussi, mais oui !

 

      Si le manque de réseau pour les portables et les ordinateurs est un handicap, Tantine Marguerite a toutefois une tablette qu'elle utilise régulièrement ! Je lui ai ainsi montré mon blog et nous avons pu regarder Bugeac d'il y a dix ans...

 

 

 

        En bas de la côte à pic, que l'on appelle le « chu » en patois, les seuls locataires du secteur se sont installés dans l'ancienne « Ferme Bompart » ! Avec le covid de 2020, ils ont quitté Paris pour se retirer ici où la vie leur paraît tellement simple et apaisante, et se sont très vite adaptés. Toutefois et je vais essayer de ne pas être vacharde, les joies de la ville de notre pays devenu l'Absurdie dans toute sa splendeur, avec ses contradictions rocambolesques et des formules obligatoires telles : marchez pendant une heure sans vous asseoir sur un banc !!! les ont rattrapés lorsqu'en plein confinement, alors qu'il y a moins de quinze habitants à l'année sur ce hameau en plein désert, avec des forêts à perte de vue, la police a verbalisé de 135 euros, l'épouse qui devait monter téléphoner à la cime du CHU, seul endroit où il y a du réseau pour les portables ! Une police de Saugues qui se devait de s'embarquer sur ce territoire, vérifier si les ouailles restaient bien chez elles....afin de ne pas risquer de contaminer truites, moutons, vaches.....L'histoire avait fait le tour du pays !

 

        Les ex-parisiens se promènent sur tout le hameau et saluent les habitants, rencontre de cet été 2021, toujours aussi heureux de ce choix de vie ! 

 

                                                       LE MAZEL

 

       A quelques kilomètres, trois environ en allant sur Grèzes, dans le hameau du Mazel, d'autres membres de la famille, comme Yvonne Plantin, une des soeurs rescapées des Nauton, qui vient chaque été. Encore un lieu magique entouré de prés et au loin, les montagnes et les forêts, dans lequel chaque enfant issu des Nauton, comme Josette veuve de Pierre Nauton, a une partie de ses enfants et petits-enfants.

 

       Maison Plantin Maurice/Yvonne , Laurent Balandras et sa grand-mère Marguerite.

 

maison Plantin du Mazel Laurent et sa grand mère aout 2021.jpg

 

Entrée de la Maison de la soeur au Mazel. Chaque lieu est bien entretenu.

L'entrée de la Maison de la soeur au Mazel avec son petit jardin et un banc pour le repos des promeneurs aout 2021.jpg

 

De tous côtés des vues imprenables sur la nature, et des hameaux amoureusement entretenus et fleuris !

 

Le moindre bac de pierres est fleuri comme ici le long de la maison de la Soeur et en dessous l'abreuvoir avec l'eau provenant des montagnes qui coule en continu Le Mazel aout 2021.jpg

 

Devant chez Cédric Nauton, frère de Valentin.

Devant chez cédric Nauton petit fils de Pierre et Josette Le mazel aout 2021 ici Josette et mon frère Gilbert.jpg

 

 

Devant de la maison de Valentin Nauton, petit-fils de Pierre et Josette Nauton

en rénovation depuis quelques mois.

 

 

 

Au Mazel aout 2021 maison de Valentin Nauton jouxtant celle de ses grands-parents sur trois niveaux avec vue imprenable aout 2021 et des travaux à n'en plus finir.jpg

 

 

 

                                     AUGEROLLES Puy de Dôme

 

           Eloignée de Bugeac de deux bonnes heures de routes sinueuses souvent et désertiques, Une des soeurs Nauton, Antoinette, vit dans ce village ainsi que trois de ses enfants qui ont choisi de construire leur propre maison, mais restent en contact permanent avec leur maman qu'ils aident à la fois à l'entretien de sa maison et de son jardin.

 

                   Son fils Michel a construit une maison moderne mais avec un immense terrain lui gardant une vue imprenable depuis ses trois baies vitrées, et une vue sur le Puy de Dôme...

 

Augerolles aout 2021 chez Michel Ancette qui a acheté tout le terrain sous et autour de sa maison pour garder sa vue imprenable.jpg

                   

 

Augerolles aout 2021 chez Michel Ancette salon l étage est entouré d'une terrasse toit plat.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Augerolles aout 2021 chez Antoinette Ancette.jpg



02/09/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 368 autres membres