CALADINFO

CALADINFO

LIMAS ANNEES 60 : LA MENUISERIE GUILHOT

En lisant ce matin samedi 24 août, sur le quotidien LE PROGRES, l'excellent article de ma collègue Françoise Chaumet sur PIERRE PONOT, suite à l'interview d'Yvette JONCHY, il me revient en mémoire, les prouesses artisanales des années 60 à Limas, de cette époque bénie ou l'on ne cessait de redire : "quand le bâtiment va, tout va" ! Suite aussi aux souvenirs de ma mère !

La menuiserie PIERRE GUILHOT

            Nous habitions la menuiserie Pierre Guilhot, dont les murs étaient la propriété de la mère Guilhot. On entrait par un grand portail de bois, dans une cour desservant la menuiserie à droite, l’habitation en face, sur deux étages. Le  rez-de-chaussée avait été loué à mes parents, puisque le contremaître mon père André ROUX, se devait de résider sur place, à la fois pour s’occuper de l’atelier et du personnel, mais aussi bien souvent, pour recevoir clients et fournisseurs. Et n’oublions pas que le travail se faisait, surtout dans le bâtiment, surchargé alors et qui faisait dire « quand le bâtiment va, tout va », du lundi au samedi inclus.

            Dans les années soixante, le formica avait fait son apparition (dans sa chanson La Montagne enregistrée fin 1964, Jean Ferrat cite : « … depuis longtemps ils en rêvaient de la ville et de ses secrets, du formica et du ciné…). De belles couleurs pastels, brillant, facile à entretenir d’un coup d’éponge, le formica était roi des cuisines de toutes les françaises, mais aussi des banques dans les commerces. Le premier de la ville à expérimenter ce formica, fut la Boutique Rolin rue nationale, premier client de la menuiserie. La Maison Guilhot  s’approvisionnait en bois chez Ollier route nationale, un peu avant les chantiers du Beaujolais, et en face de la station service Esso. Après Rolin, les commerçants se sont mis au formica ! Dans ces années-là, on achetait et on commandait certes français, mais surtout en faisant travailler les entreprises locales !

P.S. je n'ai pas retrouvé de photos du Pont Rouge, étonnant, mais je poursuis mes fouilles des archives familiales...



24/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi