CALADINFO

CALADINFO

COURSES POURSUITES :

Ayant entendu parler d'une Xème course-poursuite contre un jeune  type qui a juste grillé un feu  orange... sans autre incident..  mais qui s'est sauvé bêtement par trouille (c'est con mais la trouille ça existe !) ...je ne vous parle pas de la suite de la sanction car  cela me met dans une rage folle.... j'ai voulu chercher sur internet ! Heureusement la course poursuite  devrait être INTERDITE PARTOUT.... cela est  admis par un ex-policier... Quelle gloire retirer de cette action policière ? Le jeune aurait pu se tuer contre un mur, et qui s'en soucie ? je vais encore créer une polémique, mais les prisons sont assez pleines et c'est nous qui payons ! Cela en vaut-il la peine ? 

 

 

Scandale : La police française a ordre de ne plus poursuivre les délinquants à deux roues

 

Sep 30, 2014 Posted By Philippe Mattei In PolitiqueSécurité Routière / Accidentologie

Les différentes forces de police ont reçu pour consigne de ne surtout pas engager de poursuites avec les deux roues en infraction qui refusent de se soumettre à une sommation de s’arrêter. Cette consigne est depuis régulièrement rappelée aux policiers nationaux et municipaux de la police française ainsi qu’aux gendarmes et dès qu’un deux roues se retrouve impliqué dans un accident de la voie publique le premier réflexe semble être de rechercher si de méchants policiers n’étaient pas dans le secteur pour trouver d’éventuelles responsabilités.

 

 

Très curieusement on dote les gendarmes de véhicules d’interception rapide sur les autoroutes qui se lancent à la poursuite des motards qui auraient l’idée saugrenue de ne pas respecter la sacro sainte limitation à 130 km/h et l’on se vante dans la presse d’avoir brillamment interpellé de vilains citoyens qui parfois en perdent leur emploi.

---------------------------------

 

21 janvier 2010, par G.Moréas

La police peut-elle se lancer dans une course-poursuite ?

Il était environ 1h30, dans la nuit de mardi à mercredi, lorsque les policiers voient débouler devant eux un scooter dont les feux sont éteints qui circule à vitesse excessive. Trois jeunes gens sont grimpés dessus.

Gyrophare, deux-tons. Mais le scooter ne s'arrête pas. Les policiers entament alors ce que le procureur appellera « un suivi », autrement dit, une course-poursuite. Un peu plus loin, c'est le drame. L'engin dérape dans un virage. L'un des jeunes est tué sur le coup et les deux autres sont dans un état très grave. Ils n'avaient pas de casque, et il semblerait que le deux-roues ait été volé.

Les trois policiers municipaux de Woippy, près de Metz, ont été placés en garde à vue, et dans la soirée, après une marche silencieuse à l'endroit où a eu lieu le drame, des incidents ont éclaté. Plusieurs véhicules ont été incendiés.

Pour le député-maire, les policiers de sa commune ont « respecté les consignes qui leur avaient été données pour ce type d'intervention ». Et pour leur syndicat (SNPM-CFTC), ils « ont agi avec un professionnalisme et un sang-froid exemplaire ». Son représentant rappelle au passage qu'une circulaire du ministre de l'Intérieur du mois d'octobre 2009, demandait de renforcer les contrôles routiers les nuits et les week-ends.

Il s'agit là d'un tableau sommaire de la situation à l'origine de cette tragédie. Non par esprit polémique, mais pour tenter de répondre à une sempiternelle question que se posent policiers et gendarmes : faut-il se lancer à la poursuite d'un véhicule dont le conducteur a commis une infraction ? La réponse est nette. C'est non. Trop de risques. Aux Etats-Unis, on n'a pas ce genre d'interrogation, mais en France, les consignes sont d'éviter les courses-poursuites, les conséquences pouvant être disproportionnées par rapport à l'infraction commise. Un vieux principe, que l'on doit encore (je l'espère) enseigner dans les écoles de police : le trouble causé par une intervention sur la voie publique ne doit pas être supérieur au trouble qu'il est supposé faire cesser.

 

Victimes d'un accident de scooter alors qu'ils étaient poursuivis par des policiers, ils sont toujours plongés dans un coma artificiel. Une marche d'hommage a dégénéré mercredi soir.





 

Incidents à Woippy : les deux jeunes dans un état grave

  • Par B.H. et F.G. (lefigaro.fr)

  • Mis à jour le 21/01/2010 à 23:16 

  • Publié le 20/01/2010 à 23:15

 

Deux jours après leur course-poursuite avec la police, les deux jeunes blessés de l'accident de scooter à Woippy, dans la banlieue de Metz, étaient toujours jeudi soir dans un état jugé grave, mais stationnaire. Hospitalisés au CHU de Nancy-Brabois, Nabil Boufia, 19 ans, et Joshua Koch, 20 ans, sont plongés depuis deux jours dans un comat artificiel. Le plus âgé serait «en état de mort clinique», a affirmé jeudi après-midi L'Est Républicain. Cette information n'a pas été confirmée de source médicale ou officielle. Le troisième occupant du scooter, Malek Saouchi, 19 ans, est mort sur le coup.

 



13/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi