CALADINFO

CALADINFO

UNEJOURNEE DE 1999 A MONTLUC

Une caladoise que je vais nommer « Eugénie », tomba éperdument amoureuse d'un « Alphonse ». Hélas le bon à rien dealait et fut un jour dénoncé ou attrapé peu importe, je ne demande jamais ce genre de détail je ne suis pas fan du voyeurisme. Toujours est-il qu'Eugénie fut complice malgré elle, victime surtout d'un trop d'amour à sens unique !

 

J'appris par hasard son incarcération en 1999 à Montluc, alors maison d'arrêt pour femmes et restée en piteux état (Depuis 2009 on les met à Corbas, c'est au moins presque propre et relativement neuf) ! Eugénie écopa je crois de 18 mois.

Après une première lettre, elle insista pour que je poursuive cette correspondance. Je me suis lancée dans l'écriture de mon recueil « La vie en poésie », que je fis préfacer par Mick Micheyl par la suite, lui envoyant un nouveau poème chaque semaine, humour, tristesse... le quotidien !

 

En juillet 1999, TF 1 lança un appel à témoins aux femmes qui voulaient expliquer les changements qui s'étaient opérés ces dernières années, préparant ainsi l'arrivée de l'an 2000 que l'on voyait à cette époque, comme un renouveau ! J'envoyais un courrier, sans faire une copie car n'attendant aucune réponse, et fut fort surprise d'être contactée par la chaîne TV ! « Nous venons vous interviewer à Villefranche sur saône et vous nous redirez ce que vous avez écrit dans votre courrier !" Catastrophée, je dus demander à la charmante interlocutrice ce que j'avais écris et que je recopiais vite fait en sténo (comme quoi les souvenirs de jeunesse peuvent rester utiles) !

J'y crus sans y croire et prévins toutefois deux copines pour avoir des témoins !!!!

 

Or ce jour-là, visite d'Anne-Marie Comparini présidente du conseil régional Rhône-Alpes et la police était stationnée autour de la mairie de Villefranche ! Je m'approchais d'un policier pour demander où je pouvais me poser avec TF 1 ! « Ils peuvent rester ici en bas des marches » ! « Mais non monsieur, c'est pour moi ! »

 

Heureusement le type ne m'a pas faite embarquer,... et n'a rien compris du tout ! J'ai du guetter l'équipe télé entre la mairie et le marché couvert, et les ai conduits dans le quartier des Marais, joli point de vue en pleine verdure.

 

Finalement la séance ne s'est pas trop mal déroulée et le lendemain ou sur lendemain, en fin de journal de 13 h... ce n'était pas A.M. Comparini, mais Jacques Legros (qui remplace JP Pernaut pendant l'été depuis 1998) annonçant : témoignage de Marie-France Balandras de Villefranche-sur-Saône....et oui... à l'écran....répondant au journaliste !!!!!! (j'ai gardé une copie cassette) !

 

Je n'avais prévenu ni famille, ni journaux.... mais par contre, à Montluc, les filles étaient devant les écrans de télé et mon Eugénie de crier « Regardez, c'est ma copine, celle qui m'écrit des poèmes.... » et ce fut un moment d'euphorie dans le quartier d'Eugénie où elle fut pour le coup, la vedette du jour... et mes poésies ont circulé abondamment !!!!

 

 

 

MONTLUC

 

Murs épais, barreaux, portes closes,

Sont ton lot quotidien, et pour cause,

Le sentier trop souvent épineux de la vie

A pris ta liberté pour un temps, ici, infini !

Dans ce lieu familier où gisent tant de matins,

Tu apprends à survivre, guettant ces petits riens

Qui t'aideront à attendre de meilleurs lendemains.

 

De gré, de force, par amour, fatalité, faiblesse

Tes pas t'ont emmenée en dehors du chemin ;

Tu paies un lourd tribu, te privant de caresses,

D'air pur, d'horizon et de l'amour des tiens.

Cœur blessé, cœur brisé, aigri ou torturé,

Avec quelques rimes je voudrais t'embrasser,

Et, en guise de parloir, je t'ai "fait" une télé !

 

A toi la locataire de ce lieu historique,

Je ne peux que tendre une main énergique

Pour te souffler, courage et volonté

Dans l'attente d'une page de douleur enfin tournée.

Fillette de Montluc, emplit ton cœur d'espoir,

Tu auras ta revanche, sortant de ce trou noir,

Et prépare ton retour : il faut d'abord y croire !

 

Marie-France ROUX BALANDRAS 1999



14/02/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi