CALADINFO

CALADINFO

VIEILLISSEMENT : LOI D'ADAPTATION DE LA SOCIETE AU VIEILLISSEMENT

VIEILLISSEMENT : LOI D'ADAPTATION DE LA SOCIETE AU VIEILLISSEMENT

 

On peut encore proposer des amendements par le biais des DEPUTES ET SENATEURS ! L'évolution démographique est une évidence et il fallait bien plancher sur le sujet :

 

1 - A LA CSF (confédération syndicale des familles) , suite à notre réunion de ce mardi avec la Fédération de l'aide à domicile à Lyon  :

un courrier va partir pour soulever notre interrogation quand aux lourdeurs administratives et leurs incohérences qui ne datent pas d'hier : un dossier de la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) est un parcours du combattant où on vous redemande chaque fois de remplir des documents archi connus : un enfant lourdement handicapé ne va hélas pas revenir en pleine forme et une personne vieillissante handicapée ne pourra qu'aller de plus en plus mal ! PITIE : AMELIOREZ LA FORMULE, tout le monde gagnera du temps, du personnel en moins pour se creuser les méninges à tout recommencer, les aidants ou parents encore plus NOUS DEMANDERONS AUSSI QUE CE DOSSIER SOIT ENVOYE AU REFERENT ET NON CHEZ LA PERSONNE HANDICAPEE QUI N'Y COMPREND RIEN DE TOUTE FACON : pas besoin de longues études pour comprendre cela !

 

2 - à L'UNRPA Union nationale des retraités et personnes âgées, un courrier également car la mise en place du ponctionnement de 0.3 % qui permettent de récupérer 700 millions d'euros qui DEVRAIENT ALLER AU FINANCEMENT DE LA REFORME sont-ils bien utilisés, sachant que ces 0.3 % prélevés sur les pensions (en fait on s'autofinance ?), le sont depuis deux ans... donc un matelas de côté pour qui ? Même constat à la CSF !

#RACKET sur les fonds de la CASA et de la CNSA

Communiqué de presse du Bureau National 

700 millions de réserve de la CNSA (Caisse Nationale Solidarité Autonomie) ne sont pas affecté exclusivement aux personnes âgées en perte d'autonomie ou aux personnes en situation de handicap.

Ces fonds sont constitués pour une grande partie par les recettes générées par la CASA (contribution additionnelle de solidarité pour l'autonomie) prélevée sur les pensions des seuls retraités imposables. Déjà depuis 2013, les recettes de la CASA sont détournées de leur destination.
Notre association,
 ENSEMBLE & SOLIDAIRES – UNRPA, s'élève contre le détournement de ces fonds, alors que les besoins sont loin d'être satisfaits, tant à domicile, qu'en établissement, pour un accompagnement digne et respectueux des personnes.

Pourquoi la CNSA est-elle ponctionnée pour assurer l'équilibre annoncé des comptes de la sécurité sociale ? Comment la Ministre peut-elle se féliciter du retour à l'équilibre, quand c'est au prix d'un tour de passe-passe, qui spolie les personnes âgées et handicapées ?
Détournement de 235 millions des réserves pour combler le trou de l'Objectif National de Dépenses de l'Assurance Maladie (ONDAM), plus 50 millions pour les départements pour le RSA. Il y aura seulement 50 millions pour la mission d'appui aux Services d'Aide à Domicile sur deux ans (25 en 2016 et 25 en 2017).
Nous exigeons, dans l'immédiat, la sanctuarisation et l'utilisation des 700 millions de réserves, exclusivement à destination des personnes âgées en perte d'autonomie et des personnes handicapées, et l'élaboration d'une stratégie claire d'affectation de ces crédits, et une totale transparence des aides allouées, notamment aux départements.
La CASA, imposition injuste sur les pensions de retraite, n'est pas la réponse adéquate car elle ne permet pas de financer correctement la perte d'autonomie.

C'est pourquoi,  ENSEMBLE & SOLIDAIRES – UNRPA continue à revendiquer la seule solution pérenne et socialement juste : la création d'une prestation universelle d'autonomie prise en charge par la sécurité sociale.

 

  • LES GIR QUI VONT DE 1 A 6 sur le papier, alors que l'on souhaite le maintien à domicile et la prévention, ne permettent d'être indemnisé que de 1 à 4 : c'est à dire que les GIR 5 et 6 qui seraient une belle avancée pour la prévention, ne sont pas pris en compte ! ALORS A QUOI CELA SERT DE PRECHER CETTE PREVENTION qui pourrait peut-être éviter d'arriver au GIR 1 et en tout cas moins vite ! Cela signifie surtout un désengagement total de la CARSAT !

 

  • Nous constatons également qu'il n'y a aucun TARIF DE REFERENCE DANS LE MONTANT DU SALAIRE DES AIDES A DOMICILE (métier trop mal connu car elles ne sont pas des femmes de ménage... mais apportent un réel savoir à la personne âgée) ! Le montant du plan d'aide est par exemple de 500 euros. Dans le même département, ou d'un département à l'autre, le montant de la prestation accordée à l'employeur peut aller de 17.50 à 23 euros, c'est-à-dire que l'usager ne bénéficiera pas du même nombre d'heures d'aide à domicile, selon son lieu d'habitation ! IL FAUT CE TARIF DE REFERENCE

 

Indication : quand la famille a l'accord d'acceptation d'APA, cette APA peut être versée directement au service concerné (aide à domicile), mais parfois souci pour le reste à charge et là c'est le prestataire qui propose ou choisit la meilleure formule ! Parfois à ses dépens !

 

 

Conclusion pour les élus :

  • Manque de tarif de référence dans le montant des prestations des aides à domicile

  • Que l'argent attribué au vieillissement le soit réellement

  • Alléger les dossiers pour les handicapés jeunes ou âgés et envoyer les formulaires à remplir, pour les personnes âgées, au référent du patient !

  • FAIRE EN SORTE QUE LES GIR 5 ET 6 soient pris en compte pour une meilleure prévention du vieillissement

  • NE PAS CONSIDERER les personnes vivant ensemble et en fait aidants, (parents/enfants  - Frères et sœurs - copains et copines, ) comme des couples fiscaux ! Lorsqu'une aide est demandée pour la personne fragile, seuls ses propres revenus doivent être pris en compte ! Etre aidant familial est une charge, l'aidant économise l'argent de la société car il est la plupart du temps, bénévole à temps plein !

 

 

 

INFORMATIONS :

 

LES BENEVOLES DE TOUTES LES STRUCTURES ASSOCIATIVES (confédération syndicale des familles, comités de locataires, représentants des usagers.....) SE REUNISSENT CONSTAMMENT ET SE FORMENT POUR REPONDRE A VOS QUESTIONS MAIS AUSSI POUR SURVEILLER QUE L'USAGER SOIT INFORME ET DEFENDU ! LE BENEVOLE REPRESENTE UNE VALEUR AJOUTEE INDISPENSABLE AU QUOTIDIEN !

 

AIDES A L'AMENAGEMENT DE L'appartement (information)

  • En cas de refus du bailleur (très rare pour les appartement sociaux), mais du moment ou il y a un reste à charge, il faut remplir des dossiers Carsat, CAF, caisse de retraite, caisse de retraite complémentaire.

 

PARMI LES BELLES INITIATIVES

 

LE GIHP : Le bailleur social GRAND LYON a proposé en 2012 dans un immeuble de 75 logements, 10 logements gérés par un coordinateur et deux auxiliaires de vie jour et nuit dans cette unité intergénérationnelle qui propose aux personnes handicapées de rester locataires à leur domicile, avec accessibilité, rompant l'isolement, intervenant ponctuellement et organisant des échanges avec les autres locataires

 

Le GIHP National, reconnu d’utilité publique depuis 1969 consacrant l’intérêt général des actions menées par le réseau, se donne pour mission d’animer ce réseau dynamique, de porter auprès des instances nationales les besoins et les attentes des personnes en situation de handicap moteur et sensoriel, de capitaliser les diverses expériences des GIHP pour les essaimer sur le territoire.

Le GIHP est né des besoins et des attentes d’étudiants handicapés qui souhaitaient pouvoir suivre des études et exercer le métier désiré.
- Il en a résulté notamment la création d’un foyer d’hébergement pour étudiants handicapés à Nancy géré par l’AGI, association créée par le GIHP Lorraine. Aujourd’hui, le foyer d’accueil médicalisé (FAM) accueille 27 jeunes. Les étudiants peuvent disposer aussi du SISU, service d’accompagnement pédagogique et professionnel.
- D’autres initiatives ont vu le jour, notamment à Montpellier où un FAM, géré par le GIHP Languedoc-Roussillon, accueille aujourd’hui 20 étudiants. Le GIHP Languedoc-Roussillon gère aussi un service d’accompagnement pédagogique pour les étudiants en situation de handicap.
- A Toulouse, le GIHP Midi-Pyrénées est membre fondateur du GAHMU, association qui gère le SAHEHD, service non médicalisé comprenant des logements aménagés et un service d’accompagnement à la vie sociale (SAVS). Il peut accueillir 20 étudiants en situation de handicap.
- Par ailleurs, le GIHP est membre fondateur de l’association Droit au Savoir.

 

GIHP Rhône-Alpes
Activités : Transport, Logement, Accompagnement et vie à domicile
Contacts : 04 78 24 27 32 - info@gihp-rhonealpes.org
Site internet : www.gihpra-asso.org 

 

 

dossier : Marie-France ROUX BALANDRAS octobre 2016

 

Odile Yvonne Jeanne.jpg



06/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 324 autres membres