CALADINFO

CALADINFO

Commerces caladois : ROLIN

Comme vous l'avez remarqué, j'ai commencé une série sur le Progrès, sur ces commerces caladois, qui ont fait le renom de notre calade, avec sa rue nationale très commerçante, qui rejoignait alors Paris à Marseille en passant par Lyon ! Avant la création du marché couvert inauguré en 1934 par le maire  Armand Chouffet, création qui sera largement fêtée en 2014, le marché se tenait à même les boutiques, sur la rue nationale ! Tout comme la foire aux bestiaux de la Burie !

La Bonneterie  Rolin des années 20 est devenue Boutique Rolin

« Créée en 1920, Bonneterie signifiait industrie de la maille, tels chemises, tricots, pulls, sous- vêtements, chaussants. La Bonneterie Rolin fut boutique mixte jusqu’à la fin des années 1990. », souligne Didier Rolin l’actuel successeur.

C’est en 1920 que Louise et Joanny Rolin ont ouvert la Bonneterie a son emplacement actuel de la rue nationale. Leur fils Claude reprit la suite avec son épouse Yvette jusqu’en 1985, date à laquelle Didier assure le relais en travaillant avec ses parents de 1985 à 1987.

« En 1987, nous avons réalisé de gros travaux d’aménagement, puis ensuite en 2008. La boutique était de moitié à l’origine, les dépendances  du stockage occupant le reste. Puis en 2000, j’ai opté pour la Boutique Rolin avec des produits uniquement pour hommes, reprend Didier. Ma sœur Christine Beauchamp a bien voulu avec moi, succéder à nos parents puisqu’à notre époque, la continuité dans le commerce, était systématique. Nous sommes restés ensemble de 1987 à 2008. Nous sommes une famille de quatre enfants et j’avais pour ma part, fait des études pour obtenir un BTS de gestion, et je suis resté sur Lyon pendant cinq ans. Lorsque la question de la succession s’est posée, nous étions deux à vouloir relever le défi.  Ce métier n’est pas simple car il a évolué rapidement, avec des marques qui fleurissent et disparaissent aussitôt ! »

Bien plus de franchisés et des enseignes disparues dans le quartier

« A la place de Riu, les vêtements Twenty ont tenu leur enseigne une bonne trentaine d’années. Le caoutchouc caladois fut aussi emblématique de la rue nat. A la place d’Addict nous avions une pharmacie, ainsi que les Jeans Cayenne de la maison Gallice autre entité caladoise. La charcuterie Serraz a disparue. La parfumerie qui donna sa place d’abord à Yves Rocher avant que ne s’installe One Step, font que l’on a parfois du mal à s’y retrouver. La rotation avec les franchises est telle, que nous n’avons pas le temps de les connaître, même si nous restons plutôt solidaires. D’autre part, les efforts de créations de parkings ne sont pas négligeables, mais le réaménagement des rues transversales comme la rue Grenette, supprime d’autres places. Le consommateur a gardé le réflexe valable pour la petite ville d’antan, mais n’a pas saisi que Villefranche s’est terriblement agrandie et que l’on ne peut plus se garer devant la porte. Cela pénalise le commerce de la rue nationale,  les acheteurs préférant les zones industrielles et leurs parkings!  déplore Didier Rolin»

 Bonneterie Rolin en 1955.JPG

 



18/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi