CALADINFO

CALADINFO

CONSEIL CITOYEN BELLEROCHE : PREMIER JOURNAL DISTRIBUE CETTE SEMAINE DANS LES BOITES AUX LETTRES

La grande aventure des conseils citoyens

 

 

La loi du 21 février 2014 portant réforme de la politique de la ville instaure la création des conseils citoyens dans les quartiers prioritaires dans l’objectif de « conforter les dynamiques citoyennes existantes et de garantir les conditions nécessaires aux mobilisations citoyennes ».

(conseils citoyens/politique de la ville préfecture du Rhône)

La composition de ces conseils citoyens est en lecture libre sur la page internet de la préfecture, et l'officialisation par décret de 01 12 2016

 

 

C'est donc en 2014 que l'on nous annonce, en réunion dans le gymnase de l'école Jean Bonthoux, la création de ces conseils citoyens, censés nous aider à mieux oeuvrer dans nos quartiers. !

A grands renforts d'explication pas toujours forcément compréhensibles... on nous demande de nous inscrire pour à l'avenir, nous investir dans un projet alliant la vie des quartiers à une restructuration des dits quartiers...

A la base, nous travaillerons sur trois piliers :

  • cohésion sociale

  • économie, emploi, insertion

  • cadre de vie, renouvellement urbain, logement

 

des mots qui n'évoquent pas grand chose, mais laissent présager d'un grand nombre de rencontres...et en fait, un investissement en bénévolat, dépassant toutes les attentes, car c'est surtout de cela dont il s'agira dans les mois à venir quand sonnera l'heure de la découverte du projet tout entier !

Acteurs (présidents d'associations, commerçants, population dont une partie tirée au sort), signent donc un premier engagement informel, ce jour de décembre 2014. Nous avions alors la possibilité d'être 21 !

 

DE 21 A... 10

 

Les débuts de ces rencontres patronnées par les services Politique de la ville, donc « agglo », furent houleux, puisque dès le départ, nous sommes passés de 21... à 10 ! Si hommes et femmes, jeunes et moins étaient bien présents, les buts de chacun ne relevaient pas du tous bien public mais surtout de l'individualisme. Une majorité était venue avec ses griefs, son passif avec des collègues associatifs qui voulaient marquer leur différence mais davantage leur territoire, et les prises de becs ont eu lieu au démarrage, faisant que onze au moins ne sont jamais revenus !

 

Dans ces dix restant, un peu plus représentatifs de la population, la politique de la ville a été mal comprise, il n'y avait pour eux, rien de concret à court terme. L'individualisme a encore joué pour ceux qui n'avaient pas compris que le conseil citoyen était une entité travaillant ensemble. Un petit groupe s'était dissocié en faisant des tables de quartier et en vendant des produits sans aucune autorisation, pour le compte de sa propre association, ce qui a continué de créer des tensions.

 

D'autres avaient des projets irréalisables sur le court terme, si on ne s'impliquait pas jusqu'à l'aboutissement, comme celui de créer un espace vélo et donc le projet ne s'est jamais finalisé, le lanceur de projet n'étant que trop rarement sur le quartier. Autre tension, la suppression du bureau de poste du quartier à la suite d'une énième agression musclée ! L'arrivée d'un « pélot » avec sa tronçonneuse a fait rles employées : elles ne remettraient jamais les pieds ici... mais il y en a qui furent surpris....et pas contents du tout d'être privés de poste... la dangerosité de la fonction, tout le monde s'en fichait, il fallait un bureau de poste, un point c'est tout....Un groupe s'est encore formé pour faire du porte à porte pour faire signer une pétition ! Dans ce cas de figure, nous n'avions pas la solution !

 

NOUVEAU GROUPE officialisé par décret préfectoral en 2016.

 

Il a fallu à nouveau recruter, sachant que la base, soit une partie habitants/comité de défense des locataires présents depuis les débuts : Louis Granjon, Marie-Jeanne Bernard, Marie-France Roux Balandras et Claude Chotard, n'ont jamais désarmé, malgré les tensions. Kaltoum Bentaar se manifestant très occasionnellement. A cette courte liste, se sont rajoutés le Docteur Quiniou de Champ Fleuri sur Limas, mais avec une forte clientèle de belleroche, l'infirmière Agnès Bidault du centre médical de belleroche, qui sont vite devenus des piliers, le pharmacien du quartier donnant des coups de main. Des personnes de cœur, voulant impérativement s'impliquer, parce qu'au contact quotidien des habitants en grande souffrance morale !

 

Ce qui me sidère c'est que l'on nous tanne de ne pas être représentatifs du quartier. Il faut des habitants hommes et femmes, jeunes et vieux, de toutes confessions, origines, etc.... Mais c'est un impératif, on doit apprendre à travailler ensemble ! Nous les bénévoles, avons le devoir et l'obligation de représenter un quartier, alors que les gouvernements successifs en sont totalement incapables, et que l'on n'a pas non plus cette représentativité à l'échelon local ! On doit se parler, s'écouter, dans le calme et la sérénité ! Et on doit comprendre que c'est pour le bien de tous !

Je me dis tout de même, que sur cette position des politiques nous sommant de nous engager, ils se foutent de notre gueule, non ? Ne faites pas ce que nous faisons en nous trompant depuis des décennies, mais faites ce que nous vous ordonnons de faire !!! Nous devons être les faiseurs de miracles !

Désolée, mesdames, messieurs, nous sommes investis corps et âmes, mais ne ferons que ce que nous pouvons, et je trouve personnellement que c'est déjà sacrément fort !

 

Tout cela n'engage que moi

Marie-France ROUX BALANDRAS

 

Mais un travail collectif a été réalisé ces derniers mois, avec le noyau dur et désormais incontournable du CONSEIL CITOYEN BELLEROCHE : le  journal n° 1 distribué dans les boîtes aux lettres !

journal n° 1 du conseil citoyen septembre 2017.jpeg

journal n° 1 page 2.jpeg
page 3 journal n° 1.jpeg
journal n° 1 page 4.jpeg



20/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi