~~ CALADINFO ~~

~~   CALADINFO  ~~

Monsieur le Président de la République : lettre ouverte : objet : confinement

 

Monsieur le président de la République

 

J'ai toujours respecté les présidents successifs que j'aie voté pour eux ou pas, parce que c'est la décision d'une majorité du peuple.

Pour autant, je sais exprimer mes désaccords, avec respect, mais les exprimer tout de même.

Dans ce contexte de confinement que nous devons subire sans comprendre le bien fondé de ce qui nous arrive, l'heure n'est pas aux règlements de comptes. Le peuple réagira en conséquence, après le retour à une vie un peu plus supportable, puisque nous aurons bien du mal à nous remettre de cette crise sanitaire mais aussi financière, et ce, pendant des années !

Une épidémie qui se profile, alors que la Chine est notre plus gros client au plan touristique, a donné lieu à une première réaction : le manque à gagner de la vie parisienne, alors qu'il eût été tellement logique de penser que cet afflux constant de touristes allait apporter forcément, le dit virus !

Comme nous sommes censés faire confiance à notre gouvernement, loin de nous l'idée que nous n'étions pas prêts à assumer une future épidémie ! Une épidémie : fait courant de notre histoire ! Nous n'allons évidemment pas vous faire payer les conséquences d'un laxisme de plusieurs années, avec ce manque de prévisions en cas d'épidémie justement !

Que les médecins portent plainte pour le manque de masques, n'est que le début d'une longue liste prévisible de plaintes en tous genres !

J'ose penser que l'ensemble des citoyens réagira de même pour ce confinement abusif, puisque nous n'avons pas le matériel pour réaliser des tests qui nous auraient éviter d'en arriver là, si on avait pu hospitaliser et mettre en quarantaine, uniquement les personnes contaminées. Que dire de ce manque de matériel dans nos hôpitaux et pour ce personnel hospitalier déjà en souffrance depuis de longs mois, qui n'ont même pas l'essentiel pour travailler dans de bonnes conditions ! Il est aussi à prévoir que si les décès commencent dans le milieu médical, une rebellion ne se prépare et là, ça ferait vraiment mal !

A la campagne, nous avons notre coin de verdure, ou notre balcon, en majorité, y compris dans certains quartiers, puisque j'habite un QPV et dans un des 216 quartier des plus précaires de France.

Mais tous les centres villes, et les grandes villes payent le prix fort, en plus des loyers exorbitants, phénomène qui reste en l'état au fil des décennies malgré la souffrance du peuple, ont leur quota élevé du nombre indécent de mètres carrés dans lesquelles vivent des familles entières, qui ne vont pas résister à ce confinement ! Certains sont dans des placards sans fenêtres, dans l'humidité et l'insalubrité, et forcément ceux-là, sont laissés pour compte. Ils seront les premiers verbalisés parce qu'ils n'ont pas d'imprimante, ni de papier pour remplir une demande de dérogation...autre formule hallucinante, car dans ce cas, il fallait les fournir ces fichus imprimés !

Que dire de ceux qui confinés avec un alcoolique à la maison, un camé ou un cinglé, vont se faire tabasser sans vergogne, femmes et enfants déjà battus, qui seront encore plus isolés !

Que dire de ceux qui malades d'autres pathologies seront encore plus en souffrance dans leur carrées ! Que dire des détenus en surnombre (là aussi on crie depuis des années) et des mutineries prévisibles.

Que dire de ceux qui sont dans le dénument total, ne profitent plus des aides sociales, les structures étant fermées, et qui seront contraints de voler pour se nourrir ! Veut-on assister au retour des gavroches ?

Que dire de ceux qui ne peuvent profiter de cours d'enseignement à la maison parce que l'appartement est trop petit pour trouver un coin de table pour travailler, et que souvent les parents ne peuvent les aider ayant eux-mêmes des difficultés de langage, et par manque d'informatique.

Que dire des étudiants qui ont perdu leur logement et se retrouvent à la rue, sans trouver de petits boulots puisque déjà travailler pour certains, est une galère...

Oui la liste des démunis de toutes sortes, et de situations plus inextricables les unes que les autres est immense ! Nous ne résisterons pas à ce confinement pour toutes ces raisons et bien d'autres qui rendront les plus faibles encore plus faibles, et le français moyen qui va se retrouver deux étages en dessous de son statut actuel !

Alors, Monsieur le Président, je me permets de vous dire que l'heure est plus que grave, et que nous prêcher de rester confiner ne résoudra pas les problèmes ! Il vous faudrait une solide équipe de vrais travailleurs, de vrais chercheurs qui trouvent les solutions, comme tente de le faire le Ministre en charge de la santé. Pour remettre notre pays, parmi les plus riches du globe (sur le papier pourtant), à flot....et qui surtout puisse reprendre la foi en les institutions et surtout en son gouvernement, il va en falloir des personnes compétentes autour de vous, qui ne pensent pas qu'à vous passer de la pommade pour se valoriser, mais des personnes efficaces qui ne craignent pas de prendre des risques, quitte à se tromper !

Je vous remercie pour votre écoute.

Avec mes respectueuses salutations.

 

Marie-France ROUX BALANDRAS, Membre pilote du conseil citoyen de belleroche/Villefranche-sur-saône ; chevalier de la légion d'honneur.

Villefranche, Le 23 03 2020



23/03/2020
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 359 autres membres